Presse


Reprise du travail en allaitant

 

Bonjour,

Ma fille a 5 mois et est allaitée exclusivement pour l’instant. Pourtant, j’ai repris le travail le mois dernier (2 ou 3 journées par semaine).

Alors à toutes les mamans qui se posent encore la question : oui, c’est possible !

Pour une reprise de mon travail début septembre, j’ai commencé à m’organiser début août. J’ai acheté un tire-lait et j’ai essayé.

La première fois, je n’ai tiré que quelques gouttes. Moi qui débordais d’habitude ! Je m’étais pourtant bien installée dans mon canapé, et je pensais vraiment que j’obtiendrais une bonne quantité dès le départ. Et bien, non. Même quand on est une « bonne laitière » comme moi, il faut s’adapter à cet outil, ce n’est pas si évident !

La deuxième fois, j’ai tiré 30 ml ! J’ai religieusement mis au congélateur ce précieux liquide, me disant que je ferai encore mieux par la suite. Et j’ai continué. En dix jours (je tirais mon lait une fois par jour, le soir, quand ma puce était couchée), j’avais dans le congélateur une bonne petite réserve, dans des sachets étudiés à cet effet, contenant tous entre 30 ml et 100 ml. Je suis ensuite partie en vacances l’esprit tranquille, je savais que j’étais prête pour la rentrée.

Puis le jour J est arrivé. Ma fille est restée à la maison avec son papa, et je me suis rendue au travail, avec le tire-lait dans mon sac. Je savais que je ne pourrais tirer mon lait qu’une fois, à l’heure du repas, alors j’avais mis des coussinets pour prévenir les fuites ! Au moment de la pause, je me suis installée à l’infirmerie. Je n’ai pas tiré beaucoup, j’avais du mal à me détendre, malgré le regard souriant de ma fille en photo devant moi.

Et puis ça a fini par venir. Maintenant, quand je tire 90 ml de chaque sein, je suis contente. Mais il est vrai que ça reste très variable d’une fois sur l’autre. Je me débrouille pour avoir toujours un peu de réserve (quitte à tirer un peu de lait le week-end), ça m’évite de stresser si un jour je n’obtiens pas grand chose.

Ce n’est pas toujours facile, ça demande un minimum d’organisation, mais pour rien au monde je n’arrêterais. Et la tétée des retrouvailles est toujours un plaisir !

Si c’était à refaire ? La seule question que je me poserais concernerait la nécessité ou on de reprendre le travail. Mais je recommencerais à tirer mon lait si je devais être séparée de mon petit bout !

Marjorie