Presse


Une expérience d'allaitement par Christine

 

Bonjour,

J'ai 30 ans et je suis la  maman de Thomas, 3 ans et demi et de Louise 5 mois et demi.
A 15 ans, j'ai vu ma cousine allaiter sa petite fille, seulement quelques secondes, car "on ne pouvait pas voir ça". Ce jour-là je me suis jurée d'allaiter quand mon heure viendrait. J'ai allaité Thomas exclusivement pendant 3 mois, quand j'ai recommencé à travailler, le soir et le matin jusqu'à 5 mois. Évidemment, complètement ignorante face à l'allaitement, je lui ai donné des compléments, alors Thomas a tété de moins en moins et j'ai cru que mon lait s'était tari.  J'en suis restée très frustrée. Pour Louise, c'est tout à fait différent. J'ai lu beaucoup d'articles amateurs ou scientifiques sur le sujet, et quand j'ai repris le travail, j'étais gonflée à bloc, bien décidée à tirer mon lait au travail et à le donner le lendemain à la crèche. Là encore, mon entourage est intervenu pour me dissuader de continuer.  Même mon pédiatre m'a dit que Louise n'avait pas son poids. Alors, je me suis laissée convaincre.  Je trouvais que je n'avais pas le droit de courir le risque que Louise ne soit pas assez nourrie et j'ai arrêté de tirer mon lait la journée. Mais, le week-end, je refusais de donner plus d'un biberon de lait industriel par jour. Je n'ai heureusement  jamais eu d'engorgement en reprenant le travail le lundi matin. Puis j'ai lu un autre article disant qu'il ne fallait pas trop se fier aux courbes de poids car elles étaient principalement mesurées sur des enfants allaités au lait en poudre. Néanmoins, je trouve qu'allaiter soir et matin + week-end est une bonne alternative. Depuis une semaine, Louise passe des nuits complètes et je ne me sens pas trop fatiguée. J'ai l'intention d'allaiter Louise le plus longtemps possible.  Le seule personne qui me soutient réellement, sans aucun commentaire négatif, et même avec un certain enthousiasme, c'est mon mari et je lui suis infiniment reconnaissant.

Bon courage et beaucoup de bonheur à tous et à toutes.
Christine