Presse


Anne maman de 5 bébés allaités
nous fait part de son expérience

 

J'ai découvert le site par hasard, et j'ai eu envie de vous écrire tout ça.

Je m'appelle Anne, j'ai 36 ans, et j'ai 5 enfants âgés de 11 ans à 3 mois. J'habite en Thaïlande depuis 3 ans et demi, mais avant j'ai vécu en Birmanie, à Tahiti, en Nouvelle-Calédonie dont je suis originaire, et en France le temps de mes études. Je suis ingénieur de formation mais je n'ai travaillé que 4 ans et de toute façon, c'était une erreur d'orientation. Je suis maman de carrière et ça me va très bien. Avec 5 enfants à la maison, même si l'expatriation me permet d'avoir facilement de l'aide, les journées me filent entre les doigts, notamment parce que je passe 3h par jour environ à faire faire du français par correspondance aux aînés qui vont aussi à l'école anglaise.

J'ai allaité ou tenté d'allaiter mes 5 enfants. Mon petit dernier n'a pas encore avalé autre chose que mon lait et j'en suis très heureuse. La n°4 a elle décidé toute seule d'arrêter de têter à 8 mois. J'en ai été très triste. Pour mes 3 premiers, l'expérience a tourné court plus ou moins vite à cause de l'incompétence des différents médecins à qui j'ai eu affaire. (Tiens, j'ai déjà entendu ça quelque part.) Au 5ème j'ai l'impression de savoir enfin m'y prendre !

C'est aux contacts de mes amies anglosaxonnes expatriées comme moi que j'ai réellement appris à allaiter. Dans leurs pays elles sont nettement plus aidées quand elles font le choix d'allaiter. En Australie même, ce sont carrément des intégristes de l'allaitement, et c'est très dur à vivre pour celles qui ne peuvent ou ne veulent pas. Corollaire : en cas de vraie difficulté, on doit pouvoir trouver de l'aide du côté des sites internet australiens.

Comme d'autres dont j'ai lu les témoignages, je porte souvent mon bébé contre moi dans un porte-bébé écharpe avec un système d'anneaux pour le serrage. Je me le suis procuré aux USA sur
www.motherwear.com au prix de 39 USD plus les frais d'envoi (et éventuellement les droits de douane, je ne sais pas comment ça se passe en France). Sur ce site on trouve surtout des vêtements pour allaiter plus pratiques et plus discrets que la classique chemise, et aussi des soutien-gorge pas chers qui durent plus de 3 mois. Voir aussi www.motherhood.com .

A toutes celles qui se posent des questions sur l'allaitement, je me permets de donner mes trucs personnels :
1. Le papa du bébé doit vous soutenir à 200%. Il doit être heureux que vous allaitiez et convaincu que c'est le meilleur choix.
2. Bien se documenter avant : bouquins, internet.
3. Trouver des femmes dans votre entourage qui ont réussi leurs allaitements, et si possible un médecin bien branché sur la question, surtout si c'est le premier bébé. Moi, c'est un généraliste-homéopathe qui m'a le mieux aidée. Les solliciter dès la maternité surtout si vous vous sentez mal conseillée par le personnel de l'hôpital.
4. Préparer ses bouts de seins 6-8 semaines à l'avance en les frottant après la douche verticalement puis horizontalement avec une serviette de toilette, puis en étirant et en tournant le têton. Terminer avec une crême style Nivéa. Ce n'est pas du cinéma, c'est vraiment efficace, j'ai testé le démarrage avec et sans préparation, il n'y a pas photo. La peau est bien moins délicate, et quand le bébé veut rester pendu au sein toute la journée les premiers jours, on ne se lamente pas sur les débuts de crevasses! Ne pas se laver les bouts de seins avant d'allaiter, et encore moins les désinfecter. Le bébé cherche le sein à l'odeur. J'ai mis longtemps à comprendre que l'un de mes enfants, hystérique s'il têtait après que je me sois douchée, n'aimait pas du tout mon savon !
5. Se mettre dans la tête que les premiers jours ne vont pas être faciles, et partir gagnante tout en faisant provision de sommeil avant l'accouchement. Il va y avoir le bébé qui aura toujours faim et de grands besoins de succion, qui confondra le jour et la nuit, la montée de lait avec a minima un petit engorgement, les tranchées (contractions utérines). Partir pour 2 semaines délicates.
6. S'équiper d'un tas de coussins de tailles et de formes différentes (y compris en forme de banane spécial allaitement) pour allaiter couchée. Les embarquer à l'hôpital. Ne jamais allaiter assise la nuit ! Ca permet de piquer un somme, la nuit comme le jour, de bouquiner ou simplement de souffler un peu. Moi il me faut 5 coussins, dans le dos, sous la tête, entre les jambes et sous le bras du dessus. Ainsi je ne fatigue pas et je peux dormir des heures avec le bébé contre moi, qui en plus rassuré qu'il est de mon odeur et de mes bruits, dort 10 fois mieux.  
7. Faire preuve de bon sens et se boucher les oreilles une fois pour toutes pour ne pas entendre les bêtises que les ignorants, y compris certains médecins, peuvent raconter sur l'allaitement. Observer le comportement du bébé sur plusieurs jours (sourires, pleurs, temps de sommeil, éveil général.) plutôt que sa courbe de poids, le nombre et la durée des têtées ou encore la fréquence des selles. Les manuels ne donnent que des moyennes entre des extrêmes bien différents et pourtant parfaitements normaux. Un bébé au sein bien portant peut n'aller à la selle qu'une fois en 10 jours.
8. La nourriture que consomme la mère modifie les caractéristiques du lait : le piment (dans la nourriture thaï.) énerve beaucoup le bébé, les céréales lui donnent des gaz.!!! J'ai même lu qu'une maman avait dû supprimer tous les laitages de son alimentation parce que son bébé était intolérant à certains composants du lait de vache. Donc observez votre bébé. et votre assiette !

Pour moi allaiter est une des expériences les plus fabuleuses de ma vie de maman, d'autant plus que j'en suis certaine, c'est le meilleur choix pour mes enfants comme pour moi. Cela se justifie aussi matériellement pour les parents : pas d'eau, de lait  en poudre, de bib à acheter, pas de bib à laver, stériliser, préparer, emporter pour les sorties. Et avec 4 autres gosses dans la maison, j'apprécie encore plus !
Un dernier mot : les anglosaxons pratiquent beaucoup les "support groups" dans tous les domaines, féminins en particulier (femmes enceintes, mamans de tous petits.) J'ai été membre de plusieurs d'entre eux avec mes tout-petits avant qu'ils n'entrent à l'école, et je trouve ça génial pour rompre son isolement. Pourquoi ne pas mettre une annonce à la boulangerie ou dans le hall de votre immeuble pour rencontrer des mamans de votre quartier qui allaitent ou qui projettent d'allaiter ?

Bon allaitement à toutes.
Anne