Presse


L'obésité et l'allaitement

 

 Être nourri au sein et grandir sans graisse superflue

24 mai 2001 - Des chercheurs de l'école de médecine de Harvard ont récemment publié leur étude sur le lien entre l'obésité à l'adolescence et le type d'alimentation que les enfants avaient connu en bas âge, soit l'allaitement maternel ou le lait maternisé. Et malgré toutes les variables qui entrent en ligne de compte, ils n'hésitent pas à conclure que « les bébés qui ont été nourris
davantage au sein qu'au lait maternisé, ou qui ont été nourris au sein pour une plus longue période, couraient moins de risques de devenir obèses à la pré adolescence et à l'adolescence. »1

Récemment, en Amérique du Nord, l'obésité est devenue un problème de santé publique et son taux est en forte croissance, tant dans la population en général et que chez les jeunes. C'est pour tenter de définir un lien entre cette situation et l'allaitement maternel que les chercheurs de Harvard ont examiné certaines données fournis par une cohorte de 15 241 enfants américains, que l'on observe pour établir des liens entre l'alimentation, l'activité et la croissance.
Ce qu'ils ont observé les a menés à la conclusion mentionnée ci-dessus.

Une autre étude ayant le même objectif a été menée par la biologiste Mary Hediger avec le Bureau américain de la recherche en statistiques et prévention. Son échantillon était plus restreint (2685 enfants) et ne concernait que le bas âge (entre 3 et 5 ans), alors que l'obésité peut apparaître plus tard dans la vie. Toujours est-il que son équipe a observé que le facteur premier influant sur l'obésité de ces enfants était le poids de la mère. « L'obésité tend à se transmettre dans les familles, dit Mme Hediger. Que cela soit modifiable par
l'allaitement maternel n'est pas encore prouvé. L'allaitement continue d'être fortement recommandé, poursuit-elle, mais il n'est sans doute pas aussi déterminant que d'autres facteurs familiaux, tels que les habitudes alimentaires et l'activité physique, pour prévenir l'obésité chez les enfants. »2

Les recherches sur le rôle que peut jouer l'allaitement maternel sur la santé des bébés (et des enfants, adolescents et adultes qu'ils deviennent) ne se comptent plus. Toutefois, l'élément « allaitement » est difficilement dissociable de tous ceux qui lui sont rattachés, comme la santé de la mère, le milieu socio-économique et les habitudes alimentaires de la famille. Les chercheurs continuent donc de raffiner leurs outils, et de procéder à des recherches, afin d'établir les corrélations les plus précises possibles. Mentionnons tout de même une recherche allemande de 1999 (9357 enfants de 5 et 6 ans) où l'on avait observé les données suivantes : chez les enfants n'ayant jamais été nourris au sein, l'obésité touchait 4,5 % des enfants, alors qu'elle affectait à peine 0,8 % des enfants nourris au sein durant plus d'un an. L'effet de dose était facilement observable
car le taux d'obésité était de 3,8 % chez les sujets allaités durant 2 mois, 2,3 % pour un allaitement durant 3 à 5 mois, 1,7 % pendant 6 à 12 mois et 0,8 % durant un an ou plus 3, 4.

1. Gillman MW, Rifas-Shiman SL, Camargo CA Jr, Berkey CS, Frazier AL, Rockett HR, Field AE, Colditz GA. Risk of Overweight Among Adolescents Who Were Breastfed as Infants. JAMA. 2001 May 16;285(19):2461-2467.
2. Hediger ML, Overpeck MD, Kuczmarski RJ, Ruan WJ.
Association Between Infant Breastfeeding and Overweight in Young Children. JAMA. 2001 May 16;285(19):2453-2460.
3. von Kries R, Koletzko B, Sauerwald T, von Mutius E, Barnert D, Grunert V, von Voss H.
Breast feeding and obesity: cross sectional study. BMJ. 1999 Jul 17;319(7203):147-50.

Relation inverse entre la durée de l'allaitement et la prévalence de l'obésité

28 octobre 1999 - Une vaste étude effectuée auprès de 134 577 enfants âgés de 5 à 6 ans vient de mettre en lumière une relation inverse entre la durée de l'allaitement maternel et la prévalence de l'obésité.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : chez les enfants n'ayant jamais été nourris au sein, l'obésité touche 4,5 % des enfants alors qu'elle affecte à peine 0,8 % des enfants nourris au sein durant plus d'un an. L'effet de dose est facilement observable car le taux d'obésité est de 3,8 % chez les sujets allaités durant 2 mois, 2,3 % pour un allaitement durant 3 à 5 mois, 1,7 % pendant 6 à 12 mois et 0,8 % durant un an ou plus.

Dans les pays industrialisés l'excès de poids et l'obésité constituent les troubles les plus fréquents chez les enfants et les adolescents et leur incidence est en progression constante. Ces enfants risquent plus tard de devenir obèses et de souffrir du cortège de maladies associées. Comme les tentatives de promouvoir la perte de poids sont d'une efficacité restreinte, la prévention en bas âge apparaît donc la meilleure stratégie à adopter. Les auteurs concluent donc que la promotion de l'allaitement maternel semble donc indiquée dans les pays industrialisés.

von Kries R, Koletzko B, Sauerwald T, von Mutius E, Barnert D, Grunert V, von Voss H Breast feeding and obesity: cross sectional study. BMJ. 1999 Jul 17;319(7203):147-50.

 

 L'allaitement maternel diminue le risque d'obésité.

C'est la conclusion d'une étude menée auprès de plus de 13 000 enfants bavarois d'âge scolaire et publiée dans le British Medical Journal. En effet, la prévalence de l'obésité est de 4,5 % chez les enfants qui n'ont jamais été nourris au sein, contre 2,9 % chez les enfants ayant bu le lait de leur mère. Il existe de surcroît un « effet dose » : le pourcentage d'enfants obèses est de 3,8 % si l'allaitement, exclusivement maternel, a duré 2 mois ; de 2,3 % s'il a duré entre 3 et 5 mois ; de 1,7 % s'il a duré entre 6 et 12 mois ; et de 0,8 % s'il a duré plus de 12 mois. Un résultat qu'il convient d'attribuer, selon les auteurs, à la composition du lait maternel plus qu'au mode de vie associé à l'allaitement. Voilà qui pourrait constituer un bon argument pour encourager l'allaitement maternel dans les pays industrialisés, où l'accroissement de l'obésité représente un problème préoccupant de santé publique.

Le point 30/07/99 - N°1402 - Auteur Florence Rosier