Presse


D'autres mythes sur l'allaitement
 

 1. Une mère qui allaite doit faire très attention à ce qu'elle mange 

 

C'est faux ! Une mère qui allaite doit essayer d'avoir une alimentation équilibrée, mais rien ne l'oblige à manger certains aliments ou à en éviter d'autres. Une mère qui allaite n'a pas à boire du lait pour produire du lait. Une mère qui allaite n'a pas à éviter les aliments épicés, l'ail, le chou ou l'alcool. Une mère qui allaite doit avoir une alimentation normale et saine. Bien que dans certains cas le bébé puisse être dérangé par un aliment que sa mère a mangé, c'est inhabituel. La plupart du temps, les problèmes de " coliques ", de " gaz " et de pleurs trouvent une meilleure solution dans une modification de l'allaitement que dans un changement d'alimentation de la mère. (Voir le feuillet n°2, Les coliques du bébé allaité)

 

2. Une mère qui allaite doit manger plus pour produire plus de lait  

 

C'est faux ! Même les femmes qui ont une alimentation très pauvre en calories produisent assez de lait, au moins jusqu'à ce que la prise de calories deviennent critiquement faible au bout d'une période prolongée. Généralement, le bébé prend ce dont il a besoin. Certaines femmes dans l'obligation de manger peu pendant quelques jours craignent que cela ait des conséquences sur la qualité de leur lait. Il n'y aucune crainte à avoir. De telles modifications n'auront aucune incidence sur la quantité ou la qualité du lait. On dit généralement que les femmes doivent consommer 500 calories supplémentaires par jour pour pouvoir allaiter. Cela n'est pas vrai. Un certain nombre de femmes mangent plus quand elles allaitent, mais d'autres non, et certaines mêmes mangent moins, sans que cela ait de conséquences sur la santé de mère, celle de l'enfant ou sur la production de lait. La mère doit manger de façon équilibrée en se fiant à son appétit. Les règles alimentaires ne font que compliquer l'allaitement inutilement.
 
3. Une mère qui allaite doit boire beaucoup  
 
C'est faux ! La mère doit boire en fonction de sa soif. Certaines mères ont soif tout le temps, mais beaucoup d'autres ne boivent pas plus que d'habitude. Le corps de la mère sait si elle besoin de plus de liquides et le lui dit en lui faisant ressentir la soif. Ne croyez pas qu'il soit obligatoire de boire tant de verres par jour. Tout cela ne fait que compliquer l'allaitement inutilement.

 

4. Une mère qui fume ferait mieux de ne pas allaiter  
 
C'est faux ! Une mère qui n'arrive pas à arrêter de fumer doit quand même allaiter. Il a été montré que l'allaitement réduisait les effets négatifs du tabac sur les poumons du bébé par exemple. L'allaitement est bon pour la santé de la mère et du bébé. Il vaudrait mieux que la mère ne fume pas, mais si elle ne peut pas arrêter ou même réduire sa consommation de tabac, il vaut mieux fumer et allaiter que fumer et ne pas allaiter.

 

5. Une mère ne devrait pas boire d'alcool pendant l'allaitement
 
 C'est faux ! Une consommation raisonnable d'alcool n'est pas du tout à déconseiller. Comme c'est le cas pour les médicaments, une très faible quantité d'alcool passe dans le lait. La mère peut boire un peu d'alcool et continuer à allaiter comme elle le fait normalement. Interdire l'alcool, c'est encore une façon de rendre la vie inutilement contraignante aux mères qui allaitent.

 

6. Une mère dont les mamelons saignent ne devrait pas allaiter son bébé 
 
C'est faux ! Bien que le sang fasse plus cracher l'enfant et que l'on puisse en retrouver dans les selles, ce n'est pas une raison pour arrêter d'allaiter. Des mamelons douloureux et qui saignent, ce n'est pas pire que des mamelons douloureux qui ne saignent pas. Le problème, c'est la douleur que ressent la mère. Et cette douleur peut souvent être considérablement atténuée. Faites-vous aider (voir le feuillet n° 3, Les mamelons douloureux). Parfois du sang sort des mamelons sans que le sein soit abîmé. Cela se produit le plus souvent au début de l'allaitement, peu de temps après la naissance, et se résorbe en quelques jours. La mère doit allaiter ! Si le saignement ne s'arrête pas, il est nécessaire d'en chercher la cause, mais la mère doit continuer d'allaiter.

 

7. Une mère qui a subi une opération chirurgicale pour faire augmenter le volume de ses seins ne peut pas allaiter
 
 C'est faux ! La plupart y arrivent très bien. Rien n'a montré que l'allaitement avec des implants en silicone était dangereux pour l'enfant. Parfois l'opération est faite au niveau de l'aréole. Ces femmes rencontrent les mêmes problèmes de production de lait que toute autre femme ayant subi une opération à ce niveau.
 
8. Une femme qui a subi une opération chirurgicale pour faire diminuer le volume de ses seins ne peut pas allaiter
 
C'est faux ! La réduction des seins entraîne une diminution de la capacité à produire du lait mais étant donné que beaucoup de femmes produisent plus de lait que nécessaire, les femmes qui ont subi ce type d'opération réussissent parfois très bien à nourrir leur enfant au sein exclusivement. Dans de tels cas, il faut suivre le démarrage de l'allaitement avec une attention particulière, en suivant les principes énoncés dans le feuillet n° 1, Bien commencer l'allaitement. Si, malgré tout, la mère semble ne pas produire assez de lait, elle peut quand même continuer à allaiter tout en donnant des compléments à son bébé avec un dispositif d'aide à l'allaitement ( pour éviter la confusion sein-tétine ).
 
9. Les bébés prématurés doivent d'abord apprendre à boire au biberon avant de commencer à téter au sein
 
 C'est faux ! Les bébés prématurés sont moins perturbés par la tétée au sein que par le biberon. Un bébé ne pesant que 1200 g ou même moins peut être mis au sein dès que son état s'est stabilisé, même s'il ne prend pas le mamelon pendant plusieurs semaines. Ainsi il s'y habitue et il est tenu dans les bras ce qui est important pour son état de santé et celui de sa mère. En fait, peu importe le poids ou l'âge gestationnel à partir du moment où l'enfant est prêt à téter, c'est à dire à partir du moment où il fait des mouvements de succion. Il n'y a pas plus de raisons de donner un biberon à un bébé prématuré qu'à un bébé né à terme. Quand il est vraiment nécessaire de donner des compléments il existe d'autres moyens que le biberon.

 

10. Les bébés présentant un fente labiale et/ou palatine ne peuvent pas être allaités  
 
C'est faux ! Certains arrivent très bien à téter. Ceux qui n'ont qu'une fente labiale réussissent généralement bien. Mais beaucoup n'arrivent pas à prendre le mamelon. Cependant si on n'essaye pas l'allaitement, ça ne marchera évidemment jamais. La capacité de ces bébés à téter ne dépend pas toujours de la gravité de la fente. Il faut essayer de commencer l'allaitement autant que possible selon les principes d'une bonne mise en route de la lactation (voir le feuillet n° 1, Bien commencer l'allaitement). Si le bébé n'arrive pas à saisir le mamelon, il vaudrait mieux le nourrir avec une tasse plutôt qu'avec un biberon. Nourrir avec le doigt les bébés présentant une fente labiale et palatine peut parfois être efficace mais pas toujours.

 

11. Les femmes qui ont des petits seins produisent moins de lait que celles qui ont de gros seins 
 
Absurde !

 

12. L'allaitement n'est pas une méthode contraceptive
 
C'est faux ! Ce n'est pas une méthode infaillible, mais aucune méthode ne l'est. En fait l'allaitement n'est pas une mauvaise méthode pour espacer les naissances, et permet d'obtenir une bonne protection dans les six premiers mois qui suivent la naissance. Cette protection est presque aussi bonne que celle des anovulants, si le bébé a moins de six mois, si l'enfant est nourri exclusivement au sein, et si la mère n'a pas encore eu le retour de ses règles. Au bout de six mois, la protection est moins grande, mais elle existe encore, et en moyenne les femmes qui allaitent encore leur enfant au bout de deux ans, auront un bébé tous les deux ou trois ans même si elles ne prennent aucun autre moyen de contraception.

 

13. Les femmes qui allaitent ne peuvent pas prendre la pilule
 
 C'est faux ! Le problème n'est pas l'exposition du bébé aux hormones féminines puisque de toute façon il en reçoit à travers l'allaitement. Le bébé en reçoit simplement un tout petit peu plus en cas de prise de la pilule. Cependant beaucoup de femmes qui prennent la pilule, même la mini-dosée, constatent une baisse de leur lactation. Les oestrogènes contenus dans la pilule entraînent une diminution de la production lactée. Étant donné que beaucoup de femmes produisent plus de lait que nécessaire, cela n'a souvent aucune conséquence, mais cela peut en avoir. Le bébé devient alors grognon et n'est pas comblé par la tétée. Les bébés réagissent au " flot de lait " qu'ils reçoivent, pas à la quantité que produit le sein. Et si tout à coup ce flot diminue, même si le sein produit toujours assez de lait pour nourrir l'enfant, cela suffit à le rendre grognon. L'arrêt de la pilule suffit souvent à remettre les choses en place. Dans la mesure du possible, les femmes qui allaitent devraient éviter de prendre la pilule, au moins jusqu'à ce que l'enfant commence à manger autre chose, généralement vers quatre ou six mois. Même si l'enfant est plus grand, la production de lait peut diminuer de façon significative. Si la pilule doit être prise, choisir une pilule sans oestrogènes (uniquement à base de progestérone).

 

14. Les bébés allaités ont besoin d'autres laits à partir de six mois
 
C'est faux ! Le lait maternel apporte au bébé tout ce que lui apporteraient d'autres laits, avec des choses en plus. Les bébés de plus de six mois commencent à prendre des solides uniquement pour apprendre à manger et pour recevoir du fer d'une autre source alimentaire car au bout de 7 à 9 mois le lait maternel ne leur en apporte plus assez. Par conséquent, le lait de vache ou le lait industriel ne sont pas nécessaires tant que le bébé est allaité. Cependant si la maman désire donner du lait à son bébé après six mois, il n'y aucune raison pour qu'elle ne puisse pas lui donner du lait de vache, à condition qu'elle l'allaite encore quelques fois par jour et lui donne une alimentation variée, en quantité suffisamment importante. La plupart des bébés de plus de six mois qui n'ont jamais pris de lait industriel jusqu'alors le refuseront à cause du goût.
Questions? (416) 813-5757 (option 3) ou newman@globalserve.net
Traduction du feuillet n°12, " More Breastfeeding Myths ".
Révisé en janvier 2000, octobre 2000 pour la version française.
Dr Jack Newman, MD, FRCPC -Pédiatre - Responsable d'une consultation de lactation
Toronto -Canada
Peut être copié et diffusé sans autre permission.