Presse


L'enfant à l'hôpital 

Les parents apaisent la peur de l'enfant par leur présence
 

A l'hôpital, on veut rester auprès de son enfant lors des soins et particulièrement lors d'un d’un soin douloureux. Mais ce n’est pas toujours accepté. Régulièrement, les parents sont éloignés, sous prétextes  que c’est interdit, c’est contraire à l’hygiène, qui doivent remplir les formalités…

Pourtant, une étude réalisée en 1999 à l’hôpital de Poissy, par le docteur Ricardo Carbajal, montre que la présence des parents aide les enfants dans 68% des cas. Plus étonnant : 90% des soignants eux-mêmes estiment que cette présence est une bonne idée. Seuls 8% d’entre eux jugent que les parents les rendent " nerveux ".

Les textes pourtant sont là pour appuyer les parents dans leur demande : une circulaire de 1983 précise que " les parents doivent pouvoir assister aux soins médicaux et infirmiers s’ils le souhaitent et si, à l’expérience, leur présence et leur comportement ne s’avèrent pas gênants ".

La présence des parents permet de rassurer son enfant, de le distraire, de l’encourager et le consoler. Il ne s’agit pas de l’angoisser, mais au contraire d’apaiser sa peur. Comme le souligne Françoise Galland, directrice de Sparadrap, une association qui lutte pour améliorer l’accueil des enfants à l’hôpital, il faut lutter contre la douleur, mais aussi contre la peur, parce que si l’on a moins peur, on a moins mal.
C’est pour aider les parents dans ce rôle difficile que Sparadrap édite plusieurs petits guides.

Aïe, j’ai mal ! un guide de "Sparadrap", explique aux enfants la douleur, comment l’évaluer, tout en donnant des conseils aux parents. Dans la même série, "Je vais me faire opérer" ou "J’aime pas les piqûres", ainsi qu’un jeu "le Lotopital".
Vous pouvez voir des extraits des guides et les acheter, sur le
site de Sparadrap.