Presse

             
             FAQ
 
 

Biberon ou sein un choix difficile. 2   Qu’est ce que la montée de lait ? 11
Quels sont les avantages de l'allaitement pour le bébé ? 2   Que faire si la montée de lait est trop forte ? 11
Quels sont les avantages pour la santé de la mère ? 2   Comment aider les seins à se désengorger 12
Pourquoi fabrique-t-on du lait ? 3   Que faire s’il n’y a pas de montée de lait ? 12
Comment fabrique-t-on du lait ? 3   J’ai trop de lait, comment faire ? 13
Combien de temps dois-je allaiter ? 3   Quel est le rythme des tétées ? 13
A quoi ressemble le lait maternel ? 3   Combien de temps dure une tétée ? 14
Est-ce qu'allaiter fait mal ? 4   Faut-il donner des biberons de complément ? 14
Mes seins vont-ils être abîmés par l’allaitement ? 4   Puis-je sortir sans bébé ? 15
Le père risque-t-il de se sentir exclu ? 4   Si je sors, que va boire bébé ? 15
Peut-on allaiter partout ? 4   Comment tirer mon lait ? 15
Est-il possible de poursuivre l'allaitement après la reprise du travail ? 5   Bébé refuse de boire au biberon, que faire ? 15
Doit-on avoir une alimentation particulière quand on allaite ? 5   Comment sont les selles d’un bébé allaité ? 16
Qu’est ce qu'un allaitement mixte ? 5   Faut-il changer bébé à chaque tétée ? 16
Le lait maternel est-il pollué ? 6   Faut-il le changer avant ou après la tétée ? 16
Aurai-je assez de lait ? 6   Que faire si bébé a mal au ventre après la tété ? 17
Comment être sure que mon lait est bon ? 6   Que faire si mon bébé dort trop ? 17
Y a t'il des laits plus ou moins riches ? 6   Que faire si mon bébé ne veut pas téter ? 18
Qu’est ce que le colostrum ? 6   Que faire si mon bébé est malade ? 18
Comment préparer mes seins ? 7   Allaiter la  nuit ? 18
Mes seins sont petits, aurais-je assez de lait ? 7   Comment prévenir les crevasses pendant l’allaitement ? 18
J’ai les bouts de seins très sensibles, j’ai peur d’avoir mal. 7   Comment traiter les crevasses ? 19
Mes bouts de seins sont ombiliqués. Comment les faire sortir ? 8   J’ai de la fièvre et mes seins sont rouges, que faire ? 19
Comment être sure que mon lait est en quantité suffisante ? 8   Faut-il boire beaucoup de lait ? 19
De quoi aurai-je besoin à la maternité ? 8   Puis-je faire un régime ? 20
Quand commencer à allaiter ?. 9   A chaque tétée, j’ai mal au ventre. 20
Quand a lieu la première mise au sein ?. 10   Que faire si je suis malade ?. 21
Comment m’installer pour la première mise au sein ?. 10   Je suis fatiguée, comment faire ?. 21
Quelles sont les différentes positions pour allaiter ?. 10   Comment aider bébé à "faire ses nuits" ?. 22
Comment nettoyer mes seins ?. 10   Comment sevrer bébé ?. 22

Biberon ou sein un choix difficile  È

Il est important d’y avoir réfléchi pendant la grossesse, le principal critère de choix étant votre envie personnelle.

Si vous hésitez à allaiter, faites l'essai. Il sera toujours temps d’arrêter, si finalement cela ne vous plaît pas. Si par avance cela ne vous inspire pas du tout, vous semble animal ou démodé, ne vous forcez pas. Mieux vaut un biberon donné avec amour que le sein donné à contre-cœur.

Parlez-en avec le papa du bébé. Votre plus fidèle supporter a lui aussi son mot à dire, car ses réticences ou ses encouragements seront très importants durant les moments de doute du premier mois.

Quels sont les avantages de l'allaitement pour le bébé ? È

Le lait maternel contient tout ce qui est nécessaire au développement de votre bébé : protides, lipides, glucides, acides gras essentiels (pour le développement cérébral), vitamines, sels minéraux. Le tout réparti de façon équilibrée et adaptée au système digestif du nouveau-né.

La composition du lait se modifie avec l'âge de l'enfant afin de correspondre à ses besoins croissants. Le lait maternel contient aussi des d'anticorps. C'est la raison pour laquelle les enfants allaités sont plus rarement malades. Ils sont aussi moins sujets aux allergies.

Quels sont les avantages pour la santé de la mère ? È

La tétée précoce réduit les risques d'hémorragie post-partum. Allaiter permet de retrouver plus facilement la ligne, car le corps puise dans les réserves de graisse pour produire le lait. L'allaitement est un facteur de protection contre le cancer du sein et le cancer de l'ovaire.

Pourquoi fabrique-t-on du lait ? È

La fabrication du lait est naturelle après l’accouchement. Elle est liée à des phénomènes :

    - hormonaux, avec la fin de la grossesse

   - mécaniques, avec les tétées du bébé. Pour ne pas gêner cette stimulation, il vaut mieux ne pas lui donner de biberon.

    -psychologiques : le stress, l’appréhension, la répugnance risquent de perturber la quantité de lait produite.

Comment fabrique-t-on du lait ? È

Votre bébé ne boit que du lait frais. Votre sein le fabrique à la demande. C’est pour cela qu’il vous faut manger un peu plus fréquemment que d’habitude en prenant un en-cas à 10h30, un goûter à 16h et un petit grignotage vers 23h, par exemple.

Le signal de la fabrication du lait est donné par la succion du bébé. La quantité produite dépend de sa demande immédiate, mais également des tétées précédentes. Il est préférable de ne pas fausser cette demande avec des biberons de compléments.

Combien de temps dois-je allaiter ? È

L'OMS (organisation mondiale de la santé) recommande un allaitement exclusif jusqu'à 6 mois.
Aussi longtemps que cela vous plaira à vous, à votre bébé et à son papa. En fonction des pays et de votre culture personnelle, existent des variations énormes : de quelques jours (si cela ne se passe pas bien), à plusieurs années comme en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud mais aussi en Amérique du Nord et dans certains pays d’Europe du Nord.

A quoi ressemble le lait maternel ? È

Les premiers jours après l'accouchement, vous avez du colostrum épais et jaune, très riche en anticorps pour protéger le bébé des microbes. Par la suite, le lait ressemble à de l'eau bleutée en début de tétée pour devenir plus épais en fin de tétée. Le premier lait est aqueux - il désaltère -, puis il devient de plus en plus gras et calorique au fur et à mesure que la tétée se poursuit.

Est-ce qu'allaiter fait mal ? È

NON ! L'allaitement ne doit pas faire mal, si c'est le cas, c'est alors que votre bébé est mal positionné au sein. Tout le corps de votre bébé (et pas seulement sa tête) doit être tourné vers vous. Vous pouvez aider votre bébé en l'aidant à trouver le sein, en tenant bien derrière l'aréole (la partie brune autour du mamelon). Il faut que votre bébé prenne toute l'aréole dans sa bouche, pour cela chatouillez lui la lèvre inférieure afin qu'il ouvre bien grand la bouche.  Ainsi positionné, votre bébé tète toute l'aréole et pas seulement le téton.

Mes seins vont-ils être abîmés par l’allaitement ? È

Ce n’est pas l’allaitement mais plutôt la grossesse qui va modifier vos seins. Le rôle de soutien du soutien-gorge est très important, un investissement dans ce domaine est souvent indispensable.

Un bon soutien-gorge doit passer en arrière à la pointe des omoplates et avoir des bretelles bien serrées.

L’image des seins en forme de gants de toilettes des femmes du tiers-monde est uniquement due à l’effondrement des fibres de soutien du sein, lié à l’absence de port du soutien-gorge, non à l'allaitement.

L’allaitement maternel joue au contraire un rôle important dans la prévention des cancers du sein et des ovaires.

Le père risque-t-il de se sentir exclu ? È

Il y a tant à faire avec un bébé, le nourrir n'est qu'une minime partie de tout cela, jouer avec lui, le bercer, l'embrasser, le cajoler, le promener, lui donner le bain, le changer, sont autant d'occasions pour le papa de montrer à son bébé qu'il l'aime. 

Peut-on allaiter partout ? È

Et c'est même un des gros avantages de l'allaitement : il n'y a pas de biberons à emporter ! Mais il faut s'habiller de manière à pouvoir découvrir son sein. (Pull que l'on soulève, ou chemise que l'on déboutonne)

Est-il possible de poursuivre l'allaitement après la reprise du travail ?È

Bien sûr. Et c'est même merveilleux de pouvoir garder une relation privilégiée avec son enfant, malgré la reprise du travail. Ainsi le matin et le soir vous vous retrouvez ensemble pour vous réconforter mutuellement.
Vous pouvez tirer votre lait afin que le bébé reçoivent votre lait durant votre absence. Et profiter des jours de repos pour lui donner le sein autant qu'il en exprime le besoin, ainsi vous ne verrez pas diminuer votre lait.

Tout est question d’organisation, et de compréhension éventuelle de votre patron. Chaque situation étant différente, n’hésitez pas à en parler avec d'autres femmes qui vous feront part de leurs expériences.

Sachez qu’un Premier Ministre d’Europe du Nord allaitait pendant les séances du Conseils des Ministres….

A moins que vous ne préfériez tirer votre lait, ou ne garder que les tétées du matin et du soir.

Doit-on avoir une alimentation particulière quand on allaite ? È

Non. Si votre alimentation est correcte, variée et équilibrée, gardez-la, elle garantit à votre bébé un lait nourrissant au parfum toujours différent.
Il n'y a pas d'aliments à proscrire a priori, bien que certains bébés puissent être sensibles à certains aliments (notamment les produits laitiers).
Mais certains aliments au goût un peu fort peuvent gêner votre bébé qui risque de faire la tête, décontenancé par ce parfum puissant. Ces aliments sont par exemple : le chou ( rouge, blanc, fleur…), l’ail, l’oignon, les asperges, le curry… Cependant, il y a peut-être déjà été sensibilisé in-utéro et cela peut au contraire lui rappeler de bons souvenirs...
Ne mangez pas plus lors des repas, mais faîtes un en-cas vers 10-11 heures le matin, un goûter et pourquoi un petit grignotage en fin de soirée ou au cours de la nuit.
Buvez à votre soif, sans plus.

Qu’est ce qu'un allaitement mixte ? È

Cela consiste à remplacer certaines tétées par des biberons de lait infantile. 

Le lait maternel est-il pollué ? È

Les polluants présents dans notre corps se retrouvent plus ou moins dans le lait maternel. Mais toutes les recherches montrent que même pollué, le lait maternel reste de loin le meilleur choix pour le bébé. Les avantages de l'allaitement pour sa santé à court et à long terme l'emportent très largement sur les inconvénients (discutés) de ces polluants, dont on peut minimiser l'impact par quelques mesures simples (comme par exemple préférer les aliments en début de chaîne alimentaire).

Aurai-je assez de lait ? È

Les montées de lait s'adapte à la demande de votre bébé. Les insuffisances de lactation "vraies" sont rarissimes (pas plus de 1 à 2% des femmes). Il se peut que l'on soit amené à croire (à tort) manquer de lait (par exemple quand le bébé se met soudain à "réclamer" davantage parce qu'il est dans une "poussée de croissance").
Il se peut qu'un manque de lait se fasse sentir mais c'est souvent dû à des conseils erronés dans la conduite de l'allaitement (limitation du nombre et de la durée des tétées, notamment). Dans ce cas, il suffit de laisser le bébé téter vraiment à la demande pour voir la lactation augmenter rapidement.

Comment être sure que mon lait est bon ? È

Rappelez-vous que c'est la nature qui vous permet d'allaiter votre bébé. Comme la nature fait ce qu'il y a de mieux, il n'y a pas de question à se poser. Votre lait est non seulement bon, mais ce qu'il y a de mieux pour votre bébé et c’est une certitude. Moins vous vous le demanderez, moins vous serez stressée, mieux ce sera. Il suffit de boire, de manger régulièrement et en quantité suffisante, de vous reposez et de mettre votre bébé au sein.

La seule limite à cela, c’est le cas où vous êtes fiévreuse, car le lait est alors trop chaud et altéré. Il faut d’abord faire baisser votre température avec du paracétamol. Le bébé au sein profitera par la suite de vos microbes mais également de vos anticorps et de vos médicaments. Ne pas oublier de signaler à votre médecin que vous allaitez afin qu’il vous prescrive des médicaments compatibles. Il est extrêmement rare que cela ne soit pas possible.

Y a t'il des laits plus ou moins riches ? È

La composition du lait varie du début à la fin de la tétée, d'une tétée à l'autre, d'un mois à l'autre. Afin d'adapter le lait aux besoins nutritionnels de votre bébé.

Qu’est ce que le colostrum ? È

Le colostrum est la première production de vos seins.

La nature étant bien faite, il est secrété en faible quantité et ne dilatera ainsi pas trop brusquement le petit estomac tout neuf de bébé.

Malgré son faible volume, il est très riche en anticorps et en protéines et correspond tout à fait aux besoins de bébé. Il est important de donner le sein à votre bébé à sa demande, à la fois pour le nourrir mais également pour stimuler régulièrement le sein. L’intervalle entre deux tétées varie souvent entre 1h30 et 4 heures. Si votre bébé n’est pas très gros, essayez de le réveiller au bout de quatre heures, en le changeant par exemple.

Le colostrum  permet le développement d’une flore intestinale harmonieuse chez votre bébé.

Comment préparer mes seins ? È

En préparant la peau du mamelon d'une part et le bout de sein d'autre part :

- Il faut essayer de "tanner" la peau des mamelons pour l’endurcir et la rendre plus résistante aux assauts répétés de bébé. Massez-les avec de l’huile d’amande douce pour que la peau soit bien hydratée, il y aura moins de risques de crevasses.

Laissez-les au contact de l’air : chez vous, abstenez-vous de porter un soutien-gorge, ou découpez dans un vieux soutien-gorge une rondelle au niveau du mamelon.

- Il faut également essayer de faire sortir le bout de sein afin que le bébé l’attrape plus facilement. Le plus simple est de le faire sous la douche ou dans le bain. Il faut le masser entre deux doigts, en l’étirant doucement, puis le faire rouler délicatement entre le pouce et l’index. Attention toutefois, cette manipulation peut provoquer des contractions. Si vous êtes au repos, attendez la 37ème semaine.

Mes seins sont petits, aurais-je assez de lait ? È

Quelque soit la taille de vos seins, le volume de la glande mammaire est pratiquement identique d’une femme à l’autre. Ce qui varie, c’est la masse graisseuse. Lors d’un régime amaigrissant, les seins diminuent d'ailleurs souvent de volume.

J’ai les bouts de seins très sensibles, j’ai peur d’avoir mal. È

Dès la grossesse, essayez de vous habituer à toucher vos mamelons sans que cela ne vous fasse mal. Massez-les doucement avec de l’huile d’amande douce, étirez-les délicatement en les faisant rouler entre 2 doigts, ne portez pas toujours un soutien-gorge lorsque vous êtes chez vous et passez un glaçon dessus pour les obliger à s’ériger.

Faîtes-tout cela tranquillement afin de vous habituer petit à petit à ces nouvelles sensations sans que cela ne devienne douloureux. Vous pouvez même mettre vôtre mari à contribution…

Mes bouts de seins sont ombiliqués. Comment les faire sortir ? È

- manuellement, en plaçant vos index de part et d’autre du centre du mamelon et en les écartant. Cette pression aide en général le mamelon à sortir un peu et la répétition de ce mouvement à le faire sortir de plus en plus.

- en portant des coupelles d’allaitement quelques heures par jour  et/ou en découpant des rondelles au niveau du mamelon dans un vieux soutien-gorge ; ces deux solutions apprennent petit à petit au mamelon à s’ériger.

- en stimulant le mamelon avec une "niplette", petit appareil se présentant comme un dé terminé par une seringue. Le mamelon sortira grâce à l’aspiration douce réalisée à la seringue. Le système D, plus économique, consiste à réaliser soi-même cet appareil avec une seringue découpée.

Vous pouvez faire ces exercices dès la fin de la grossesse, voire juste avant la tétée pour faciliter la tache à votre bébé.

Comment être sure que mon lait est en quantité suffisante ? È

Si vous constatez :

  - que bébé mouille ses couches régulièrement ( minimum 4 fois par jour)
  - qu'il a plus de 3 selles " œufs brouillés " par jour, les premières semaines.
  - qu'il déglutit régulièrement, toutes les 3 ou 4 succions
  - qu'il semble rassasié à la fin d’une tétée
  - que les tétées ne sont pas douloureuses
    - que ses pyjamas "rétrécissent" ( en l’absence d’ utilisation de sèche-linge)
    - qu’il a repris son poids de naissance au bout d’une dizaine de jours

Alors tout va bien, ne soyez pas inquiète.

De quoi aurai-je besoin à la maternité ? È

De quelques accessoires indispensables :

  • un soutien-gorge d’allaitement, de préférence en coton, avec de larges bretelles, une large bande d’accroche dans le dos devant passer à la pointe inférieure de l’omoplate, un système d’ ouverture au niveau du sein qui se manipule facilement et dégage le mamelon suffisamment.
  • des coupelles d’allaitement. De nombreux modèles existent sur le marché. Les modèles rigides seront plus efficaces pour stimuler la montée de lait ou lors d’engorgement éventuel. Les modèles souples seront plus confortables si vous avez des crevasses. Dans un premier temps, prenez plutôt des coupelles rigides.
    Attention, il en existe avec des petits trous pour faciliter la circulation de l'air, oui mais elle laisse aussi dégouliner le lait des que l'on se penche (à proscrire).
  • des coussinets d’allaitement : ce sont des pastilles en coton d’une dizaine de centimètres de diamètre que l’on place dans le soutien-gorge et qui absorbent les éventuelles fuites de lait. Attention, les jetables sont en papier et désagréable à porter (en plus de leur coût), les lavables étant en coton sont beaucoup douces et agréables sur le sein et le mamelon tendu par l'engorgement, de plus elles absorbent nettement plus que les jetables.

Et n’oubliez pas de prendre des chemises de nuit ou des pyjamas, de préférence en coton, s’ouvrant largement sur le devant pour éviter d’avoir à vous contorsionner lors de la tétée.

Quand commencer à allaiter ? È

Le plus tôt possible après la naissance. La tétée précoce est la meilleure façon de bien démarrer l'allaitement : le réflexe de succion du bébé est au plus fort dans l'heure qui suit sa naissance. En effet, votre bébé est réveillé dans les deux heures suivant la naissance puis s'endort pour récupérer de l'accouchement.

Plus tôt votre bébé sera mis au sein après la naissance, plus facile sera son apprentissage. En effet, le réflexe de succion est plus vigoureux durant les premières heures, car ensuite le bébé s'endort plusieurs heures pour récupérer des efforts de l'accouchement.

Certains bébés comprennent tout de suite comment ça marche : ouvrir la bouche, mettre la langue en gouttière pour " laper " le mamelon, puis téter.

Pour d’autres, ce sera moins évident; parce qu’ils seront un peu plus jeunes, un peu plus fatigués par l’accouchement, un peu plus encombrés de mucosités, ou tout simplement parce qu’ils n’auront pas faim. Le placenta alimente bébé jusqu'au dernier moment, il n’est donc pas affamé quand il naît.

Quand a lieu la première mise au sein ? È

Dans tous les cas, le principal c’est qu’il prenne contact avec vous, qu’il vous hume, qu’il "atterrisse" doucement, tout contre vous, bien au chaud. Savourez ces instants de pur bonheur.

La première tétée peut avoir lieu rapidement, même après une césarienne, sauf si elle a eu lieu sous anesthésie générale. En ce cas, consultez la sage-femme qui vous a suivie.

Comment m’installer pour la première mise au sein ? È

Mieux vaut allaiter en position allongée :

     - Soit sur le coté, bien installée sur le flanc, la tête et l’épaule légèrement surélevées par un oreiller, votre bébé allongé lui aussi sur le côté, face à vous. Il est ainsi bien en face du sein, l’axe du mamelon dans l’axe de sa bouche.

     - Soit sur le dos, légèrement surélevée, bébé calé au creux de vos bras, son ventre contre vous.

Quelles sont les différentes positions pour allaiter ? È

Pour allaiter, vous pouvez notamment vous installer :

- allongée sur le coté, bébé face à vous
- semi-assise sur le dos
- assise, bébé placé à l' horizontale
- assise, bébé les pieds derrière
(rugby)

Comment nettoyer mes seins ? È

Vous n’avez pas besoin de " récurer " vos mamelons avant et après chaque tétée. Il faut laisser la peau fabriquer son film protecteur : pensez à l’état de vos mains quand vous les lavez très souvent !

Une douche par jour est suffisante. La meilleure crème protectrice est une petite goutte de lait étalée sur le mamelon après la tétée.

Si vous utilisez une crème cicatrisante, nettoyer votre sein à l'eau avant la tétée.

Qu’est ce que la montée de lait ? È

C'est la mise en route de l’unité de fabrication du lait. La montée de lait est en fait un œdème généralisé du sein, en réaction au développement des vaisseaux sanguins et des lobules de la glande mammaire. Cette phase réactionnelle passée, tout va rentrer dans l’ordre.

Elle survient en général le troisième jour. Plus il fait chaud, plus elle survient rapidement. Elle est parfois brutale et inconfortable, mais peut également se faire harmonieusement et à bas-bruit.

Que faire si la montée de lait est trop forte ? È

Tout à coup, vous voila avec deux "obus" en guise de seins. Ils sont lourds, tendus, chauds et douloureux. En premier lieu, buvez modérément, reposez-vous, détendez-vous et évitez d’avoir des visites, qui vous donneront sûrement des conseils contradictoires.

Vous avez besoin de calme et de temps pour vous occuper de vous : 

- massez vos seins afin de diminuer l’œdème. Faites le soit sous la douche, soit en trempant votre sein dans un bol d’eau chaude. Le contact avec l’eau chaude  permet aux canaux galactophores de s’ouvrir. Sous la pression d’un massage doux, circulaire, de l’extérieur vers l’intérieur, l’œdème se résorbera.

- massez vos aréoles : certaines sages-femmes et infirmières de suites de couches savent pratiquer ces massages qui vous soulagent quasi immédiatement.

- utilisez les coupelles d’allaitement en appuyant doucement sur le sein, l’aident à se vider.

- utilisez des pommades et cataplasmes, pouvant également vous aider à passer ce cap.

- appliquez sur vos seins un petit sac de congélation rempli de glace pilée et glissé dans un gant de toilette. Ne le gardez pas ainsi trop longtemps, vous risqueriez des engelures !

- faites téter votre bébé, ce sera lui, le remède le plus efficace. S’il a du mal à attraper le mamelon à cause des tensions, massez-le en faisant perler un peu de lait, pour le "dégager" du sein.

Dans tous les cas, cet état est passager et rapidement vos seins retrouveront leur souplesse d’antan.

Comment aider les seins à se désengorger ? È

Deux traitements radicalement opposés : 

     - la chaleur : Sous la douche ou en trempant un sein dans un saladier en plastique rempli d’eau chaude, massez vos seins de la périphérie vers le mamelon, en ayant préalablement fait le même mouvement sur le mamelon uniquement (massage aréolaire ). Ces massages, douloureux au début, permettront à l’œdème de se résorber. Vous pouvez les faire entre deux tétées (si vos seins sont très tendus), au début d’une tétée (si votre bébé a du mal à attraper le mamelon qui est "noyé" dans l’œdème du sein), ou sur le sein que le bébé n’a pas tété (s’il ne prend qu’un sein à chaque fois).

     - le froid : Appliquez sur vos seins un petit sac de congélation rempli de glace pilée et glissé dans un gant de toilette. Ne le laissez pas ainsi trop longtemps, vous risqueriez des engelures.

Les coussins thermiques peuvent vous aider à soulager la douleur par le froid comme par le chaud.

N’oubliez pas les grands classiques, comme les coupelles d’allaitement, les cataplasmes de kaolin, des tétées fréquentes et régulières et une légère diminution des boissons pour la maman.

Cet engorgement se produit en général à la maternité. C’est la "montée de lait". Mais il peut également survenir si vous vous absentez et sautez une tétée, ou lors de l’installation définitive de la lactation, aux alentours du premier mois.

Que faire s’il n’y a pas de montée de lait ? È

Si votre bébé grossit bien, qu’il mouille bien ses couches et est rassasié après la tétée, c’est que la montée de lait a eu lieu mais à bas-bruit, discrètement sans que vous ne vous en rendiez compte.

Si par contre votre bébé semble affamé, insatisfait, reposez-vous bien, faites la sieste, et de buvez davantage. Vérifiez qu’il déglutit régulièrement. Laissez également votre bébé plus longtemps au sein afin que ce dernier soit mieux stimulé et produise plus. Évitez de donner des compléments car : 

     - ils faussent les informations données au sein. Au lieu de stimuler la production de lait, ils la diminuent. Le sein ne "sait" alors pas qu’il doit produire plus.

     - ils vous donnent un sentiment d’échec, alors que ce n’est pas parce qu’il boit ce complément que votre bébé avait encore faim.

     - ils modifient les sensations de satiété du bébé. Le lait maternisé étant plus lourd à digérer, certains bébés prennent l’habitude de ce supplément qui les "cale".

J’ai trop de lait, comment faire ? È

Vous pouvez en profiter pour tirer votre lait et le congeler

Vous pouvez donner votre lait au Lactarium. (il est ensuite offert aux prématurés et permet de sauver des vies)

Ne portez plus de coupelles d’allaitement.

Donnez un seul sein à chaque tétée.

Buvez moins de liquides.

La production de lait devrait ainsi rapidement s’adapter à la demande du bébé.

Quel est le rythme des tétées ? È

Tous les bébés sont différents : il y a les goinfres, les goulus, les dormeurs, les grincheux, les maniaques (le moindre changement les dérange), les fatigués, ceux avec un "petit estomac", les "tétouilleurs"…et enfin les joyeux qui sont toujours content. Cela ne vous rappelle-t-il pas l’histoire célèbre d’une jeune fille qui s’occupe de 7 petits nains, tous différents ?


Il est normal que votre bébé ait souvent faim. Du fait de leurs petits estomac, ainsi que la composition du lait maternel qui se digère mieux que les laits artificiels. Il n'y a aucun écart à respecter entre les tétées, il faut lui donner le sein aussi souvent qu'il le demande ce qui favorise les montées de lait.

Si votre bébé tête souvent, vous aurez beaucoup de lait, vous serez moins sujette aux crevasses, vous éviterez l'engorgement, vous diminuerez l'importance de l'ictère banal du nouveau-né.

Il est conseillé de laisser votre bébé "finir" le premier sein (cela prend un temps variable selon les bébés, en moyenne un quart d'heure) avant de lui offrir le deuxième. Cela afin qu'il obtienne le "lait de fin de tétée", particulièrement gras et nourrissant. A la tétée suivante, on donne alors le deuxième sein en premier.

Sans compter que l’appétit de votre bébé varie d’un jour à l’autre.

En moyenne, il y a 6 à 10 tétées par jour.  Ne comptez pas le nombre de tétées, donnez lui le sein autant de fois qu'il le demande. Petit à petit, il se régulera de lui même. 

Pour certaines mamans, il est important que bébé soit rythmé toutes les quatre heures. Mais, si cet intervalle n’est pas respecté, est-ce vraiment grave ? Vous-même êtes-vous si exigeante avec vous ?

Plus vous vous mettez en place un cadre rigide, avec des horaires précis, plus il est difficile de le respecter. Un peu de souplesse peut aplanir bien des difficultés.

Voyez donc plutôt quel est votre style de vie, votre rythme, et aider votre bébé à s'y adapter. Ne vous fixez pas prématurément de limites, vous verrez bien le moment venu quelles sont les vôtres.

Combien de temps dure une tétée ? È

Surveillez ses mouvements de succion et sa déglutition. Si vous ne voyez pas sa mâchoire inférieure et le bas de ses joues bouger, et s’il ne déglutit pas régulièrement, c’est qu’il ne tète pas mais qu’il prend plaisir à "tétouiller".

Faut-il donner des biberons de complément ? È

Évitez de donner des compléments car : 

     - ils faussent les informations données au sein. Au lieu de stimuler la production de lait, ils la diminuent. Le sein ne "sait" donc pas qu’il faut qu’il produise plus.

     - ils vous donnent un sentiment d’échec, alors que ce n’est pas parce qu’il boit ce complément que votre bébé avait encore faim.

     - ils modifient les sensations de satiété du bébé. Le lait maternisé étant plus lourd à digérer, certains bébés prennent l’habitude de ce supplément qui les "cale".

     - ils risquent de déclencher des allergies aux protéines du lait de vache, chez un bébé qui était jusqu'alors protégé.

Puis-je sortir sans bébé ? È

Bien sur. Aérez-vous, changez-vous les idées, vous serez d’autant plus contente de rentrer.

Si cette sortie nécessite que vous " sautiez " une tétée, portez des coupelles d’allaitement, et prévoyez de vider vos seins, soit manuellement, soit avec un tire-lait.

Si je sors, que va boire bébé ? È

Si vous sortez entre deux tétées, et prévoyez qu’il aura faim avant votre retour, préparez un biberon d’eau pour le faire patienter.

Si vous envisagez une absence plus longue, préparez-lui : 

- un biberon de votre lait. Pour le préparer, reportez-vous à la rubrique : "comment tirer mon lait ?". 

Comment tirer mon lait ? È

Il y a plusieurs méthodes à votre disposition :

     - manuellement :

     - avec un tire-lait à piston 

     - avec un tire-lait électrique 

     - avec les coupelles d’allaitement 

essayez-en plusieurs et adoptez celle qui vous convient le mieux.

Bébé refuse de boire au biberon, que faire ? È

Après avoir goûté aux joies du sein, certains bébés refusent de boire au biberon. On peut les comprendre facilement : une tétine en plastique sera toujours moins agréable que le sein maternel doux, chaud et au débit variable.

Dans ce cas, essayez les tétines en silicone transparent, qui ont une forme tordue et qui sont peu percées. Ce sont celles qui ressemblent le plus au mamelon. Un peu comme au sein, bébé sera obligé de téter fort pour obtenir du lait.

En cas de refus, essayez les biberons-tasses ou la cuillère.

Et expliquez-lui bien pourquoi vous devez lui donner un biberon, car cela doit beaucoup l’inquiéter et lui donner un sentiment d’abandon. Il perçoit également votre inquiétude et éventuellement vos regrets. Pour lui comme pour vous, c’est une première étape sur le chemin de l’indépendance.

Au début, il vaut peut-être mieux que le biberon soit donné par son papa, sa grand-mère ou toute autre personne très proche de votre quotidien, plutôt que par vous-même. Bébé se sentira alors moins frustré de votre sein et entouré de ses proches

Comment sont les selles d’un bébé allaité ? È

Au sein, les selles de bébé sont assez liquides, jaune d’or, un peu grumeleuses, Il émet souvent une selle à chaque tétée, mais elles peuvent être plus espacées voire même rares (deux fois par semaine). Pour en augmenter la fréquence, buvez du jus d'orange.

Elles sont généralement jaune d'or, plus ou moins molles (aspect "d’œufs brouillés"), voire parfois liquides, avec une odeur aigrelette.. Leur fréquence est très variable, d'une tâche jaune à chaque change à une selle volumineuse tous les quelques jours pour un bébé de plus de 6 semaines. Le bébé moins âgé a au moins deux ou trois selles par jour.

Dans tous ces cas, Il ne doit toute fois être ni constipé (selles dures), ni diarrhéique. 

Faut-il changer bébé à chaque tétée ? È

Si votre bébé a les fesses abîmées, il convient de le changer à chaque tétée, de jour comme de nuit, de toute façon, il convient de changer bébé des qu'il est mouillé, afin qu'il ne baigne pas dans ses selles. Mais, si tout va bien, ne le changez pas systématiquement la nuit. Vous n’aurez ainsi peut-être pas besoin d’allumer la lumière. Cela provoquera un changement de rythme important par rapport à la journée, et l’aidera peut-être à comprendre plus facilement que la nuit, on dort !

Faut-il le changer avant ou après la tétée ? È

Comme cela réussit le mieux au bébé. S’il a tendance à "crachouiller" facilement après avoir tété, moins vous le manipulerez l'estomac rempli, mieux ce sera. Il est donc préférable de le changer avant son repas.

Si ses fesses sont abîmées et qu’il émet des selles après la tétée, un contact prolongé entre des fesses abîmées et des selles acides risquant d’augmenter les lésions, il vaut mieux le changer après la tétée.

S’il a tendance à s’endormir en cours de tétée, changez-le à mi-chemin, un petit "coup de frais" sur les fesses le stimulera et lui redonnera de l’appétit. 

Que faire si bébé a mal au ventre après la tété ? È

Quand bébé se tortille après la tétée, grimace ou crie, qu’il ne sait pas vraiment s’il veut encore téter, qu’il s’énerve sur le sein et recrache le lait qu’il vient d’absorber, il a sûrement des coliques.

Elles peuvent être dues à un lait trop acide. Dans ce cas, attendez qu'il ait bien vidé le premier sein avant de passer au second, afin qu’il profite bien des graisses contenues dans le lait de la deuxième partie de la tétée. En effet , la composition du lait varie au cours de la tétée ; au début il est riche en sucre puis il s’enrichit en graisses qui vont lui donner un sentiment de satiété et tamponner l’acidité des sucres.

Diminuez la quantité de crudités (tomates, salades…) de votre alimentation. Préférez-les cuits ( ratatouille…) et n’abusez pas du lait et des yaourts (pensez aux autres aliments riches en calcium, cf. rubrique : "faut-il boire beaucoup de lait ?").

Pensez également aux vieux remèdes comme l’eau de chaux.

Baignez-le soir, cela l’aidera sûrement à se détendre.

Enfin, un gros câlin et un massage de son ventre adouciront sûrement sa peine.

Que faire si mon bébé dort trop ? È

Si vous avez accouché à terme d’un bébé de poids moyen, l’intervalle entre deux tétées est en général de 5 heures maximum. Mais si il dort la nuit, abstenez-vous de le réveiller même si cet intervalle est supérieur à 5 heures. 

Dans la journée, essayez de le réveiller au bout de 4 heures environ (en le changeant éventuellement), et de le mettre en appétit en le prenant contre vous. S’il dort profondément, essayez à nouveau de le réveiller 30 minutes plus tard. Cela correspond en général à un cycle de sommeil pour lui. Tant qu’il grossit bien laissez-le se nourrir à son rythme.

Si par contre votre bébé semble hypotonique, qu’il ne grossit pas, il faut le stimuler, le mettre au sein toutes les 2 heures et surveiller sa déglutition. Pour le stimuler, pensez à le découvrir ( la chaleur endort et la fraîcheur réveille), à le changer, à lui parler en l’encourageant, à le masser sous la mâchoire inférieure pour stimuler ses glandes salivaires…

Reportez-vous à la rubrique " mon lait est-il en quantité suffisante " et n’hésitez pas à consulter car votre bébé risque d’être déshydraté s'il ne boit pas suffisamment.

Que faire si mon bébé ne veut pas téter ? È

Surtout ne pas vous énerver... Plus votre bébé vous sentira stressée, anxieuse, moins il aura "faim de vous", et moins il voudra téter. Relaxez-vous, respirez, essayez de l’appâter en faisant perler un peu de lait en pressant le mamelon, changez de position et surtout ne le brusquez pas, laissez-le prendre son temps, pour vous "renifler" et se mettre en appétit.

N’attendez pas qu’il soit très affamé. Proposez lui souvent le sein. Parfois, certains bébés affamés et pressés ne supportent pas le délai de fabrication de quelques minutes qui est nécessaire à votre sein pour produire du bon lait frais.

S’il a tendance à se cambrer, soutenez bien ses fesses dans votre main en évitant qu’il ne prenne appui sur ses pieds. 

Que faire si mon bébé est malade ? È

Bien que les bébés allaités soient rarement malades, cela peut quand même leur arriver. Dans ce cas, il ne faut surtout pas arrêter l'allaitement : car le lait maternel lui apporte tout ce dont il a besoin : des anticorps qui l'aident à combattre la maladie, un aliment complet et parfaitement digeste (souvent le seul que son organisme va accepter) et le contact rassurant de sa mère.

Allaiter la  nuit ? È

Quel que soit le mode d'alimentation maternel ou artificiel, votre bébé a besoin de téter la nuit parce qu'il a un système digestif immature. Comme, il a déjà été précisé le lait maternel se digérant plus facilement, votre bébé demande plus souvent à téter. La plupart des mères, garde leur bébé près d'elle, afin de lui donner le sein à sa demande.

Comment prévenir les crevasses pendant l’allaitement ? È

Quand vos bouts de seins sont sensibles, pensez à changer de position afin que le mamelon soit sollicité différemment :

La meilleure crème pour la prévention des crevasses est votre lait : après chaque tétée, faites perler quelques gouttes de lait afin d’en enduire le mamelon. Surtout ne le lavez pas avant et après chaque tétée, vous enlèveriez le film gras protecteur de la peau.

Comment traiter les crevasses ? È

Pour aider la peau abîmée du mamelon à se réparer plus vite, enduisez-la après la tétée d’une couche épaisse de crème castor equi (Laboratoires Boiron)ou de spray labcatal

Mettez  ensuite des coupelles d’allaitement. Choisissez des coupelles en silicone souple côté sein (elles ne mettront pas la crevasse en tension) et avec des gros trous d’aération : l’air circulera mieux, le mamelon sera plus au sec et cicatrisera plus vite qu’avec des coussinets d’allaitement.

Et n’oubliez pas de changer de position pour les tétées. 

J’ai de la fièvre et mes seins sont rouges, que faire ? È

Il est indispensable de consulter une sage-femme ou un médecin spécialiste de l'allaitement.

S’il s’agit d’une lymphangite, l’arrêt de l’allaitement n'est pas nécessaire, il faut faire baisser la fièvre (paracétamol de préférence). Le repos strict au lit est impératif, de même que l’allaitement à la demande et le port des coupelles d’allaitement (pour que les deux seins soient bien vidés).

Vous pouvez appliquer des compresses d'argile en couches assez épaisse (au moins 1 cm) recouverte d'une compresse, à changer dès qu'elle sont sèches. Jusqu'à disparition des rougeurs et de la douleur. 

S’il ne s’agit pas d’une lymphangite secondaire à une autre infection (dentaire, urinaire,…) un traitement antibiotique n’est pas obligatoire. Ne pas hésiter à consulter de nouveau si la situation ne s’est pas normalisée en 48 heures.

Faut-il boire beaucoup de lait ? È

Pas nécessairement. D’ailleurs la vache, pour fabriquer du lait, boit de l’eau….

Cependant, pour préserver votre capital osseux, il est indispensable d’avoir une alimentation riche en calcium. Vous  trouverez ce calcium dans les produits laitiers : lait, yaourt, fromages... Si vous ne les supportez pas, d’autres aliments en contiennent également, comme le sésame, le soja, les brocolis, le saumon, les sardines…

Pensez également aux recettes comme la quiche, le gratin dauphinois, la purée, la raclette ou la tartiflette qui contiennent quantité de produits laitiers déguisés.

Attention, il a été remarqué que certains enfants allaités ont une digestion difficile dû à l'absorption par la mère de produits laitiers. Dans ce cas, faîtes un essai sur une semaine en supprimant tous les produits laitiers, si votre bébé digère mieux, c'est qui fait une intolérance aux protéines de lait. Cela passe en général vers ses 1 an. mais pendant ce temps là, à vous de remplacer les produits laitiers (yaourts, fromages) par des fruits et des légumes riches en calcium. (Ayant moi même eu ce problème bébé, je ne mange aucuns produits laitiers. Durant la grossesse, j'ai reçu une supplémentation en calcium "Calpéros" Que j'ai continuer durant l'allaitement).

Puis-je faire un régime ? È

Il n'y a pas d’urgence à cela. Le premier mois vous avez d'autres sujets de préoccupation. Un régime amaigrissant n’est pas compatible avec des journées où vous avez à peine le temps d’apercevoir le soleil qu’il est déjà couché, des nuits hachées, des couchers tardifs et des levers précoces.

Il faut savoir que les réserves de graisses (3kg) accumulées durant la grossesse, permettent l'allaitement qui puise dans ces réserves pour fabriquer le lait. Ainsi cela permet de maigrir en douceur, mais surtout durablement.

Ne faîtes pas un régime trop sévère, car cela nuirait à l'allaitement qui ne recevrai plus assez ce dont il a besoin pour produire le lait, de plus vous seriez très rapidement extrêmement fatiguée, lasse, incapable de vous occuper de votre bébé. Il est important de continuer à manger de tout, régulièrement sans sauter de repas.

A chaque tétée, j’ai mal au ventre È

Rien de plus normal. En effet, chaque fois que votre bébé tète, il stimule votre glande hypophysaire, entraînant la sécrétion d’une hormone, l’ocytocine. L’ocytocine entraîne la contraction des alvéoles. Le lait fabriqué par ces dernières est alors éjecté dans les canaux galactophores puis apparaît au niveau du mamelon. Mais l’ocytocine est également active sur l’utérus ; c’est elle qui lui permet de se contracter lors de l’accouchement. 

Après la naissance, elle va lui permettre de se rétracter et de retrouver sa place dans le pelvis, plus rapidement qu'avec un mode d'allaitement artificiel.

Les maux de ventre que vous ressentez à chaque tétée correspondent donc à des contractions. On les appelle aussi des "tranchées". Pour la majorité des femmes, ces tranchées seront peu sensibles au premier enfant, puis de plus en plus fortes à chaque nouvel accouchement..

En général, elles ne durent pas plus de quelques minutes et disparaissent en 2 ou 3 jours.

Respirez profondément, relaxez-vous, et prenez éventuellement des antalgiques pour vous soulager.

Que faire si je suis malade ? È

Là non plus, il n'est pas nécessaire d'arrêter l'allaitement. Sauf quelques cas exceptionnels, une maladie (aiguë ou chronique) ou un handicap de la mère n'empêche pas l'allaitement. Il en est de même en cas de prise de médicaments (très peu de médicaments sont vraiment incompatibles avec l'allaitement) ou d'hospitalisation.
Prenez contact avec une animatrice LLL pour avoir de l'information sur votre cas particulier.

Je suis fatiguée, comment faire ? È

Reposez-vous au maximum entre deux tétées.

Repoussez les taches ménagères à plus tard.

Faîtes-vous aider par vos proches mais aussi par les aides proposées à la Mairie.

Faîtes livrer vos courses à domicile.

Occupez-vous de vous : une petite séance chez le coiffeur, chez l'esthéticienne, par exemple.

Sortez une fois par jour, ne serait-ce que pour faire le tour du pâté de maison Cela vous obligera à vous habiller plutôt que de rester en peignoir, les cheveux en bataille !

 Toutes les formules sont envisageables pour autant qu’elles vous satisfassent.

Comment aider bébé à "faire ses nuits" ? È

Certaines mamans ont remarqué qu’après un dîner avec des féculents (pâtes, riz, pommes de terre), leur bébé était mieux calé et espaçait plus ses tétées. Vous pouvez vous aussi essayer, mais le résultat n'est pas garanti.

Comment sevrer bébé ? È

Le principe est de remplacer petit à petit les tétées au sein par des biberons ou des repas à la cuillère si bébé est plus âgé.

Premier jour : vous remplacez la tétée du soir.
Deuxième jour : idem.
Troisième jour : vous remplacez la tétée du soir et celle du matin.
Quatrième jour : idem…..

Jusqu’à ce que vous ne donniez plus du tout le sein, à moins que ne préfériez faire qu’un sevrage partiel en gardant par exemple une tétée matin et soir.