Presse


Au-delà des premiers mois

La Société canadienne de pédiatrie et les Diététistes du Canada s'entendent pour dire que l'allaitement peut continuer jusqu'à deux ans et même plus, après l'introduction des solides vers le milieu de la première année de vie de l'enfant. Alors, si la mère et son bambin aiment toujours leur relation d'allaitement, pourquoi ne pas continuer?

Les bénéfices connus pour la santé du bébé se poursuivent aussi lorsqu'il devient bambin. À ces bénéfices s'ajoutent les effets à long terme de la succion qui diminue assurément l'anxiété et l'insécurité dans l'exploration d'un monde nouveau. Comme le rapporte Suzanne Dionne, médecin au CLSC-CHSLD de la Haute-Yamaska à Granby, «l'allaitement apporte encore à l'enfant plus vieux des doses appréciables de nutriments, des facteurs de protection contre les infections, des hormones et des cellules vivantes. Certains de ces éléments sont encore difficiles à mettre en boîte.

De plus, la stimulation olfactive, l'alternance des positions, le contact peau à peau et les interactions avec la mère ne sont sûrement pas sans influence sur le développement de l'enfant bien qu'ils soient plus difficiles à étudier. Enfin, plusieurs études impliquant des milliers d'enfants rapportent que les enfants allaités souffrent moins d'obésité ou de surcharge pondérale plus tard, un problème en pleine croissance à travers le monde. Ainsi on en rapporte une diminution jusqu'à 40 % si l'enfant a été allaité pendant six mois et jusqu'à 73 % s'il l'a été pendant un an.»

Si l'allaitement prolongé est bénéfique pour le bambin, il l'est tout autant pour sa mère. Les mères témoignent régulièrement du moment de la tétée comme d'un havre de paix dans la journée mouvementée de leur bambin sur deux roues!

À cela s'ajoutent les nombreux avantages pour la santé de la mère car l'allaitement maternel entraîne une diminution du risque de plusieurs maladies dont le cancer du sein en période de pré-ménopause, le cancer des ovaires et l'ostéoporose.

Pour revenir à la question initiale relative à la durée de l'allaitement, c'est le besoin de téter propre à chaque bébé qui la détermine. Chose certaine, les mères devraient toujours se sentir libres de poursuivre l'allaitement, au-delà des pressions sociales, si le duo qu'elles forment avec leur bébé le souhaite. Sans contredit et les données scientifiques le démontrent, plus l'allaitement se prolonge, meilleurs en sont les bénéfices tant pour la mère que pour son enfant.

Poursuivre l'allaitement aussi longtemps que le bambin en manifeste le besoin lui permet de construire son estime personnelle en lui donnant le choix de se sevrer lorsque c'est le bon temps pour lui. Le sevrage naturel renforce alors la communication et la confiance mutuelle du solide tandem «mère-enfant». Et pour longtemps!

Saviez-vous que...

L'allaitement maternel peut aider la mère à se détendre. Vrai! La tétée au sein stimule la production de prolactine, une hormone qui permet à la mère de se détendre.

Marie-Eve Lepage
Source : http://www.cyberpresse.ca